Résilience religieuse au Sahel : L’Observatoire religieux d’Agadez au cœur de la lutte contre le Covid-19 (Timbuktu Institute) Spécial

Au Niger, dans la région d’Agadez qui a été marquée par des violences dans les années 1990, les responsables religieux se sont organisé dans le cadre d’un « Observatoire » regroupant toutes les confessions, afin de résoudre les  conflits récurrents et de maintenir les bases d’une cohésion sociale. L’action de cet Observatoire est multiforme, allant de la médiation auprès des familles au règlement des conflits découlant de divergences de nature religieuse, sociale ou d’autres.

L’Observatoire s’active, aussi, dans le renforcement des capacités des leaders religieux et traditionnels. Ainsi, dans le cadre de la médiation communautaire, cet Observatoire a permis de former des leaders communautaires au rôle de « guides » et de « référents » dans des localités où les services sociaux sont, parfois, quasi inexistants et où les religieux se retrouvent seuls face à des jeunes pleins d’interrogations.

Cet instrument de régulation a été, par exemple, au cœur de la stratégie de prévention de l’extrémisme violent contre lequel la région d’Agadez qui a pourtant connu des conflits de par le passé, développe une certaine résilience comparée à d’autres zones frontalières du Sahel.

 

Mais voilà que cet outil arrive à s’adapter aux enjeux et aux situations nouvelles en s’impliquant par le bais des leaders religieux de différentes obédiences et confessions pour devenir un véritable instrument de prévention et de lutte contre la pandémie du coronavirus.

 

D’après ce leader religieux connu pour son implication dans l’appui aux projets de développement et la prévention des conflits dans la ville du nom d’El Haji Namadina, « l’Observatoire s’est vite impliqué sans même attendre  d’être sollicité par les autorités ».  « Nous avons déclenché notre plan de communication à travers le dispositif concerté suite à une discussion au sein de l’Observatoire », rapporte t-il aux chercheurs de Timbuktu Institute qui suivent cette dynamique depuis plusieurs années dans le cadre d’un dispositif de veille sur les stratégies endogènes

 

Pour plus d’impact et de proximité avec les communautés locales, les leaders religieux d’Agadez ont mis en place un « comité des grands témoins de l'Observatoire » présidé par le Sultan de l’Aïr et composé de tous les Imams dirigeant la prière du vendredi, un Prêtre, un Pasteur et le Président ainsi que le Secrétaire Général.

 

Afin de décentraliser son action dans les différentes communes de la région comme Arlit, Ingal et d’autres, les leaders religieux ont institué des comités de veille appelés « Gao Nassiha ». Ces Comités de veille citoyen et médiation communautaire qui existent à présent dans tous les quartiers et villages de la région ont pris le relais de l’Observatoire religieux dans le travail de sensibilisations aux mesures d’hygiène et gestes barrières.

 

Dans le cadre d’une démarche inclusive et d’une stratégie fondée sur l’implication des « voix écoutées » au sein de la communauté, l’Observatoire a doté ces comités décentralisés d’une instance de concertation chargée comprenant dans toutes les localités couvertes, un Chef traditionnel, une femme leader, un  Imam ainsi que deux jeunes en tenant compte de l’équité du genre dans les représentations.

 

L’Observatoire tient des réunions régulières et travaille en synergie avec les équipes médicales ainsi que les autorités dans le cadre de cette lutte dont la partie la plus gagnable pour les pays africains est certainement la phase de la prévention.

 

Source www.timbuktu-institute.org